Les Amis du Patrimoine de Cerisé

L'église Saint Germain

 

                                   PA église de cerisé 2004.jpg
                                                  Photo Yannick ROSE photo aérienne 2004

 

 

Par la seule dédicace de l'église à Saint Germain d'Auxerre, nous savons que sa fondation remonte à la charnière des VIIè et VIIIè siècles.

L'architecture de l'édifice actuel est caractéristique de la période de l'an Mil. Elle se compose de deux volumes simples accolés. C'est l'un des rares exemples d'église paroissiale villageoise du premier âge roman parfaitement concervée.

               

A l'origine, la nef était éclairée, pour chaque mur, par trois fenêtres étroites à arc plein cintre, largement ébrasées à l'intérieur afin de diffuser au maximum la lumière. Suite à la contre-réforme catholique, les textes liturgiques doivent être lus par les fidèles. L'édifice est alors trop sombre. Pour y remédier, on pratique à l'époque moderne le blanchiment des murs à la chaux. de nouvelles ouvertures sont percées (dernière moitié du XVIIè et XVIIIè siècles). Toutefois, une baie a éclairé le choeur par le chevet depuis le XIIIè siècle. Elle est obturée au XIXè siècle par l'installation d'un maître-autel.

Tant l'intérieur que l'extérieur se définissent par une absence de décor sculpté. seules des rainures au-dessus des baies romanes imitent les clavaux des arcs, sur les façades.

Le volume de la nef est largement dominé par les éléments de charpente. L'un de ces éléments forts est la structure du clocher. Quatre poteaux massifs, équarris et bagués, soutiennent le tout. Il est autonome. La charpente de la toiture est elle aussi particulière. Il s'agit d'une charpente sans panne faîtière; les chevrons sont solidarisés deux à deux. plusieurs fermes sont apparentes: équarris à franc bois, entraits et poinçons sont datables de la fin du XVè siècle, le clocher étant légèrement postérieur.            

 

                       

Au XVIè siècle, le mur occidental de l'église s'éffondre, entraînantle clocher primitif et une partie de la porte placée au sud. Il est alors reconstruit avec les matériaux d'origine. Un petit cadran solaire est installé à l'angle sud-ouest de l'église. Les maçons vont graver des petites croix tout autour...

La sacristie est ajoutée au XVIIIè siècle, bouchant les baies romanes nord du choeur.

      

                                           La Chaire à prêcher  photo Jacques Paganet

                   

                

 

                    

Chandeliers disparus de l'église... Photo archives de l'Orne

Aujourd'hui les objets de valeur sont conservés en lieu sûr...

 



25/01/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres